Prélèvement à la source

L’État a décidé, tout seul, de mettre en place le prélèvement à la source. Il s’agit d’une nouvelle manière de collecter l’impôt sur le revenu.

Jusqu’à lors, les choses étaient simples : les citoyens déclaraient les revenus de l’année précédente et ils payaient directement l’impôt calculé au trésor public.

C’était trop simple

Pour rajouter un peu de piquant à cette action fondamentale de la citoyenneté, l’État a trouvé la bonne idée pour simplifier les choses : le prélèvement à la source.

Pour bien compliquer l’affaire, l’État a donc décidé de rajouter un acteur : l’employeur ou les employeurs des citoyens.

Alors que jusque là l’échange se faisait entre deux partie (citoyen <–> trésor public), les choses étaient trop simples :/

Introduire l’employeur

Les employeurs non content d’avoir à gérer déjà la relation de travail et de paie avec leurs employés vont devoir maintenant gérer le paiement de leur impôts. Je ne suis pas certains que les employeurs sont particulièrement heureux de se faire introduire dans les relations pleine d’amour entre les citoyens et le fisc.

Des données privées dont l’employeur va désormais être responsable.

Pour bien compliquer les choses les employeurs vont encaisser en retenant sur le salaire  l’impôt de leur salariés. Mais surtout il vont découvrir tous les petits secrets de leurs salariés, notamment le montant de l’impôt qu’ils payent. Par exemple,